25 juillet 2012 : Des proches de Desproges.

Nouvelle épitaphe au Père-Lachaise.

L’HERITAGE

Quand, épuisés, ils arrivent au bout d’une longue vie de labeur avec quelques économies, les parents usés s’indignent en pensant que ces économies vont, après leur mort, tomber dans la poche de leurs enfants.

Vous paraît-il normal qu’après avoir profité de votre argent toute votre vie ils continuent après votre mort et empochent le magot ?
Certains parents pensent que non, que trop c’est trop.
On peut les comprendre.
Passe encore de se faire avoir durant sa vie, il ne faut pas que cela continue durant l’éternité. Sur votre pierre tombale il ne faut pas qu’il y ait écrit : "Ici repose un pigeon."

Extrait de l’épatant Mouchons nos morveux, Conseils aux parents qui ne veulent plus se laisser marcher sur les pieds (éditions Jean-Claude Lattès, 2001), signé Jean-Louis Fournier, le réalisateur de la fameuse Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, ami intime de Pierre Desproges, mais aussi auteur des succès de librairie Où on va, papa ? (Stock, 2008), consacré à ses deux fils, et Veuf (Stock, 2011), dédié à sa femme, Sylvie, décédée brutalement en 2010 (Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre, c’est bien triste, cette année on n’ira pas faire les soldes ensemble.)

Depuis peu, les cendres de Sylvie sont déposées au Père-Lachaise, tout près de Pierre Desproges, et, sur le monument, le nom de Jean-Louis Fournier déjà gravé, au-dessus de cette épitaphe :
Finalement, nous ne regretterons pas d’être venus.