Naples, parc Virgile (parco Vergiliano a Piedigrotta).

Etrangement coincé entre la voie de chemin de fer et un tunnel autoroutier, comme entre les quartiers de Piedigrotta et de Mergellina, ce petit jardin public très escarpé abrite deux sépultures exceptionnelles, celles de Virgile et de Leopardi. Il fut ouvert en 1930 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance de Virgile et présente de nombreuses espèces de plantes que le poète mentionna dans ses oeuvres. Par ailleurs, depuis son sommet, la vue sur le golfe de Naples et le Vésuve récompense le visiteur.

JPEG - 2.1 Mo

Après quelques mètres d’ascension le long de la seule et unique allée, on découvre le tombeau massif du poète Giacomo Leopardi (1798-1837). Incarnation italienne de l’âme romantique, sa vie qui fut un calvaire dû à la maladie, la solitude et la pauvreté s’acheva dans le golfe de Naples où il avait espéré trouver quelque répit. En pleine épidémie de choléra, il échappa à la fosse commune grâce aux bons soins de son seul ami, Antonio Ranieri, qui le fit inhumer en l’église San Vitale Martire, dans le quartier de Fuorigrotta. En 1939, année de la démolition de l’église, ses restes furent transférés ici, sous cet énorme monument de style antique.

JPEG - 2.2 Mo


La plaque visible à droite provient du tombeau d’origine et s’orne d’une lanterne, d’une chouette et d’un serpent, symboles respectifs de l’étude, de la sagesse et de l’éternité.

JPEG - 2.2 Mo

Un peu plus haut, près de la "Grotta Vecchia", aussi appelée "Crypta Neapolitana" (tunnel de 700 mètres de long creusé au 1er siècle avant Jésus-Christ pour relier l’antique Neapolis à Pozzuoli mais désormais fermé au public en raison du danger) apparaît une antique tour de pierre percée d’ouvertures et qui serait, selon la tradition, la tombe du poète latin Virgile (70 av. J. -C. - 19 av. J. -C. ).

JPEG - 2.1 Mo


JPEG - 2.1 Mo


JPEG - 2.1 Mo


Il est possible d’accéder à l’édifice par un escalier abrupt. A l’intérieur, les niches pratiquées dans les murs étaient destinées à recevoir des urnes cinéraires. De nombreux témoignages (fleurs, messages...) prouvent la fréquentation du lieu.

Autres articles sur l’Italie :
Rome, mausolée d’Auguste (Mausolée di Augusto)
17 octobre 2012 : Jean-Paul 1er, "Le Pope est mart !"
18 mars 2015 : Retrouvons notre Poussin !