22 janvier 2015 : Pierre Taittinger, fondateur d’une dynastie.

50è anniversaire de la mort de Pierre Taittinger.

Tout à la fois bonapartiste, fondateur de la ligue d’extrême-droite des Jeunesses patriotes, maire (jusqu’à son décès) d’un village de Saintonge (Saint-Georges-des-Coteaux), député de la Seine durant l’entre-deux-guerres, président du Conseil municipal de Paris en 1943 par fidélité au maréchal Pétain, emprisonné à la Libération, l’homme politique et industriel Pierre Taittinger (1887-1965), mort il y a cinquante ans aujourd’hui, fut aussi le créateur de la maison de champagne portant son nom.
Rien d’étonnant à ce qu’il repose à Reims (Marne), au cimetière du Nord, si riche d’histoire, où dorment également les Heidsieck, Henriot, Krug, Ruinart... et même la veuve Clicquot ! Remarquons que, bien que situé à un carrefour, son tombeau n’offre rien d’ostentatoire.

JPEG - 2.9 Mo


À l’origine d’une dynastie, il fut le père de Guy (1918-1978), qui présida la banque Worms (inhumé avec lui), de Jean (1923-2012), député-maire de Reims et Garde des sceaux, et de Pierre-Christian (1926-2009), sénateur-maire du XVIè arrondissement de Paris (et enterré dans son fief, au cimetière de Passy).
Il eut aussi, tronc massif d’un arbre généalogique dont le champagne fut la sève, cinq autres enfants, dont Claude, beau-père de Jean-Pierre Jouyet, actuel secrétaire général de la présidence de la République, et parmi ses petits-fils comptait l’industriel Christophe de Margerie (1951-2014), PDG du groupe Total, décédé accidentellement en octobre (sa tombe se trouve à Saint-Pair-sur-mer dans la Manche, précisément au cimetière de Kairon).