Qui repose à Chérence ?

Étape dans le Vexin, précisément où le Val-d’Oise vient épouser le département de l’Eure.

JPEG - 529.8 ko


Voici un petit cimetière campagnard en bord de route (avant le village lorsqu’on vient de La Roche-Guyon), apparemment dépourvu de charme, hormis la vue sur les champs alentour, mais en réalité fort riche.

Sa plus célèbre occupante y est discrète, au bas de la courte allée centrale, côté droit : l’écrivain Nathalie Sarraute (1900-1999). Née Natalia Tcherniak dans les environs de Moscou mais élevée en France, elle fut une figure éminente du Nouveau Roman (Martereau, Le Planétarium, Les Fruits d’or, Enfance...). Sa pièce Pour un oui ou pour un non lui avait valu en 1987 une nomination pour le Molière "de l’auteur francophone vivant".

Également avocate, mariée à l’avocat Raymond Sarraute (inhumé près d’elle), elle fut mère de trois enfants dont la journaliste Claude Sarraute (qui rejoindra le jour venu son dernier mari, Jean-François Revel, au cimetière Montparnasse, son identité étant déjà gravée sur la pierre tombale).
Présentant un jour un de mes guides dans une émission télévisée de Laurent Ruquier, Claude Sarraute m’affirma que je ne pouvais savoir où elle avait enterré sa mère. Lorsque je lui donnai le nom de Chérence et après qu’elle eût vérifié sa mention dans mon livre, elle fit à ce dernier une publicité dont je me souviens encore...

JPEG - 714.1 ko


Bien qu’exigu, ce cimetière est donc dense. Ne pas repartir sans visiter également les tombes de :

Eugène Galien-Laloue (1854-1941), peintre et graveur, montmartrois de naissance, qui fit preuve de constance conjugale en épousant successivement trois soeurs qui le rendirent trois fois veuf... Ses paysages parisiens hivernaux ont assuré sa renommée. Mort à Chérence parce que sa fille l’y avait accueilli, il y repose avec humilité.



JPEG - 611.8 ko


Julien Huber (1885-1975), professeur de médecine, membre de la section d’hygiène de l’Académie de médecine.


Il fut maire de Chérence.

JPEG - 503.2 ko


Eugène Jolas (1894-1952), poète, traducteur et critique littéraire américain.

Avec lui est enterrée son épouse, Maria Jolas (1893-1987), née Maria McDonald, qui fut la traductrice, entre autres, de Nathalie Sarraute et de Gaston Bachelard.

Ils fondèrent ensemble en 1927 la revue littéraire expérimentale transition qui publia en feuilleton le Work in progress de James Joyce appelé à devenir Finnegans Wake.

Leur fille cadette, Tina Jolas (1929-1999), fut l’épouse du poète André du Bouchet puis la compagne de René Char.

JPEG - 770 ko


Maurice Tourniaire (1929-2009), général de division aérienne. Il avait été leader de la Patrouille de France en 1955. Sur sa tombe, nous lisons :Vers le ciel, ta passion, tu es parti avec notre admiration et dans le coeur de tes amis vélivoles de Chérence, tu continues de spiraler dans ce grand thermique éternel.

JPEG - 711.3 ko


Avant de refermer le petit portail, débusquons sur la tranche d’une pierre tombale récente cette phrase à moitié dévorée par l’herbe : Ci-gît celui qui aimait sa famille.

Autres articles sur le département du Val-d’Oise :
Qui repose à Hédouville ?
Saint-Gratien, église Saint-Gratien.
Qui repose à Soisy-sous-Montmorency ?
Qui repose à Valmondois ?
Qui repose à Vémars ?
18 septembre 2014 : Mistinguett à nouveau reine de Paris ?
8 juillet 2018 : le baron Empain, héros malgré lui.
20 août 2019 : Pierre Péan, journaliste d’initiative.